Un petit clin d'oeil avec cet apophtegme trouvé sur le Net

"L'être humain est incroyable :

c'est la seule créature qui va couper un arbre pour en faire du papier

et écrire dessus : SAUVEZ LES ARBRES !"

 

Le papier n'a pas fini de nous surprendre

Il accompagne toutes nos journées et continue pourtant à nous étonner. Si les nouvelles technologies font partie de notre quotidien, une chose est sûre : le papier restera toujours à nos côtés.

Pour le mettre chaque jour entre vos mains, près de 500 000 professionnels oeuvrent à sa fabrication et à sa diffusion : forestier, papetiers, syndicats professionnels du papier et de l'imprimé, éditeurs, annonceurs, éditeurs de presse, agences de communication, imprimeurs, professionnels du livre, libraires, acteurs de la chaîne courrier, professionnels du recyclage, professions liées à l'emballage, organismes de protection sociale ou de formation couvrant ces professions...

Pour mieux les connaître et en savoir plus sur le papier, rendez-vous sur www.culture-papier.com 

 

La consommation de papier en France et en Europe favorise le développement de la forêt.

L'industrie papetière ne nuit pas à la gestion et au développement des forêts puisque 70% des fibres vierges utilisées dans la fabrication de la pâte à papier proviennent des bois de coupes d'éclaircies nécessaires à la croissance de la forêt. Cette filière est ainsi l'un des premiers contributeurs à l'entretien et au développement des espaces forestiers. La forêt européenne croît chaque année de 660 000 hectares. En France, la forêt a gagné près de 500 000 hectares (l'équivalent d'une département comme les Bouches du Rhône) au cours de ces 10 dernières années.

 

 

Le papier a plusieurs vies. Il peut se recycler jusqu'à 7 fois. 

Le papier est indispensable. C'est le support préféré de 90 des Français pour lire un roman. 

 

Le hanneton forestier

Une étude très complète sur l'environnement et le cycle de vie du hanneton. Un résumé de ce document est présenté, en conclusion, à la page 12.

Télécharger
Hanneton Synthèse bibliographique ONF -
Document Adobe Acrobat 1.4 MB

Ce qu'il faut savoir...

La France grelotte...

Et, pendant ces périodes de grand froid, les besoins en chauffage des foyers français augmentent. Alors que le réseau d'électricité est sous tension et que l'on parle de pénurie, les combustibles normés s'affirment comme une source d'énergie performante pérenne en phase avec les exigences liées à la qualité de l'air. Lire la suite, fichier ci-dessous.

Une information de Laurent Denormandie (Pour toute précision sur ce texte : 06 07 46 50 93)

Télécharger
La France grelotte.pdf
Document Adobe Acrobat 685.6 KB

 

Les arbres et l'effet de serre

On sait que le gaz carbonique de l'air favorise l'effet de serre et le réchauffement climatique. On sait aussi que les arbres consomment du gaz carbonique pour fabriquer du bois.

Voyons dans quelles conditions ils réduisent réellement l'effet de serre.

Les arbres se développent d'une part en puisant de l'eau et des sels minéraux dans le sol, d'autre part en fixant le gaz carbonique de l'air, absorbé par les feuilles.

L'eau et les sels minéraux sont véhiculés du sol vers les feuilles dont la chlorophylle fixe le gaz carbonique de l'air en le transformant, grâce à l'énergie solaire, en substances carbonées (matière organique).

Ces substances carbonées redescendent ensuite dans l'ensemble de l'arbre, racines comprises, et servent à la multiplication des cellules.

Les arbres consomment donc du gaz carbonique et rejettent en même temps de l'oxygène dans l'air. Ils participent ainsi à la réduction de l'effet de serre en stockant du carbone.

Mais les arbres ne sont pas éternels, ils finissent par mourir et la matière organique stockée dans leur tronc, leurs branches et leurs racines se décompose progressivement, libérant des sels minéraux dans le sol mais aussi du gaz carbonique dans l'air.

C'est pourquoi on considère que les forêts vierges ont un bilan nul sur l'effet de serre. De plus, leur destruction libère tout le gaz carbonique qu'elles avaient fixé. En revanche, elles contribuent efficacement à la lutte contre l'érosion et au maintien d'une importante biodiversité végétale et animale.

Pour stocker du gaz carbonique, il faut augmenter la surface des forêts et, dans celles déjà existantes, récolter de gros arbres en utilisant leur bois à des usages durables (construction, meubles, objets en bois...). C'est la seule façon de stocker du carbone.

Laisser faire la nature en forêt revient à renoncer à lutter contre l'effet de serre.

                                                                                                                                       M. HUBERT, Ingénieur général du Génie Rural

                                                                                                                                       et des Eaux et Forêts

 

La forêt privée : propriétaires et promeneurs, quelles responsabilités et règles à respecter.

Article extrait et publié avec l'aimable autorisation du Journal "L'Aubier".

Télécharger
Promenades en forêts privées.pdf
Document Adobe Acrobat 539.6 KB

 

Le lierre, ami ou ennemi de l'arbre ? Voir ci-après.

Télécharger
L'arbre et le lierre.pdf
Document Adobe Acrobat 561.7 KB